FEMPOCO 2018. Séance 5 : Kimberlé Crenshaw, «Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur», traduit par Oristelle Bonis.

Pour la cinquième séance de notre séminaire, nous nous sommes intéressés au concept désormais célèbre d’« intersectionnalité », tel qu’il a été théorisé par la professeure de droit africaine-américaine, militante féministe et des droits civiques, Kimberlé Crenshaw à la fin des années 1980. En effet, l’« intersectionnalité est devenue depuis quelques années l’expression par laquelle on désigne l’appréhension croisée ou imbriquée des rapports de pouvoir » explique Elsa Dorlin (« L’Atlantique feministe. L’intersectionnalité en débat. » Papeles del CEIC, # 83, 2012/2, p.1-16, http://identidadcolectiva.es/pdf/83.pdf ). 

Le texte à l’étude était l’article « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color » initialement paru dans The Public Nature of Private Violence, ouvrage collectif dirigé par Martha Albertson Fineman, Rixanne Mykitiuk (New York, Routledge, 1994). Notre intervenant invité, Loïc Marie-Magdeleine, Maître de conférences en Civilisations Anglophones à l’Université de Guyane, a lu et commenté cet article dans sa version plus courte, traduite en français par Oristelle Bonis dans la revue Cahiers du Genre, en 2005, sous le titre « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur » (https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2005-2-page-51.htm ). Notre collègue a recontextualisé l’émergence du concept d’intersectionnalité, forgé notamment après le travail de terrain de Kimberlé Crenshaw dans des centres d’accueil aux femmes battues ouverts aux minorités à Los Angeles. Il a expliqué pourquoi ce concept invite à penser autrement une « politique de l’identité », contre l’exclusion et pour des solutions à la fois antiracistes et féministes. Il a aussi fait le lien avec ses propres sujets de recherche, notamment ses études sur les représentations de la masculinité noire dans le dance-hall jamaïcain. Le public et l’intervenant invité ont aussi discuté des débats entourant l’usage du mot « intersectionnalité », et de la critique qu’ont pu en faire Elsa Galerand et Danièle Kergoat (« Consubstantialité vs intersectionnalité ? À propos de l’imbrication des rapports sociaux », Nouvelles pratiques sociales, 26(2), 2014, 44–61,https://www.erudit.org/fr/revues/nps/2014-v26-n2-nps01770/1029261ar/).  

Lien vers la notice HAL de l’intervention de Loïc Marie-Magdeleine : https://hal.univ-guyane.fr/FEMPOCO/hal-01961380


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search