FEMPOCO 2020-2021. Séance 6 : “”Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire”

La sixième séance du séminaire de recherche FEMPOCO de 2020-2021 consacré aux « femmes artistes et féminismes noirs de l’Afrique à ses diasporas », sera l’occasion de s’intéresser à Suzanne Césaire, née Roussi. Cette intellectuelle et professeure de lettres qui fut l’épouse d’Aimé Césaire, est l’auteure d’une œuvre trop méconnue mais importante pour l’histoire littéraire antillaise et l’écocritique postcoloniale.

L’intervenante Anny-Dominique Curtius, enseignante-chercheure en études francophones et en théorie culturelle à l’Université d’Iowa (États-Unis), auteure de Suzanne Césaire, Archéologie littéraire et artistique d’une mémoire empêchée (Paris, Karthala, 2020) proposera une intervention sur “Les hanches cataclysmiques de Bergilde : la liane écoféministe de Suzanne Césaire”. Elle analysera le texte intitulé “Le grand camouflage” paru dans Tropiques à l’instar des autres textes de Suzanne Césaire (tous republiés dans Le grand camouflage: écrits de dissidence, 1941-1945, édition établie par Daniel Maximin, Paris, Seuil, 2009).

Dans son poème-hommage « Suzanne Césaire, ma mère », Ina Césaire écrit : « Ma mère active féministe avant la lettre, attentive à chaque progrès de la libération des femmes ». Comment faudrait-il interpréter cette déclaration et comment déceler les manifestations concrètes de ce féminisme dans l’éventail conceptuel que Suzanne Césaire nous propose ?

Dans « Le grand camouflage » le personnage féminin Bergilde, danseuse bèlè et paysanne, condense et synthétise une émancipation esthétique que l’on peut identifier comme un écoféminisme spécifique qu’elle articule dans la revue Tropiques (1941-1945). Bergilde est aussi l’ancêtre littéraire de plusieurs figures féminines libres et subversives dans les littératures caribéennes. Cet écoféminisme s’inscrit dans la pensée multidimensionnelle de Suzanne Césaire qu’Anny-Dominique Curtius appelle une “lianedialectique”, et le corps dansant et souffrant de Bergilde est une “lianecept” plutôt qu’un concept. Puisque le malaise civilisationnel que Suzanne Césaire analyse prend sa source dans la déshumanisation de populations transbordées puis esclavisées, ce sont les empêchements et les déstabilisations des corps qu’il est urgent d’interroger, d’où le rééquilibrage des corps féminins ancrés dans des réalités socio-économiques subalternes. À travers Bergilde, elle annule donc l’iconographie édénique des Tropiques magnifiques et des femmes-doudou séductrices et insouciantes. Il s’agira donc de lire la danse de Bergilde et ses hanches cataclysmiques comme une déclaration écoféministe d’existence culturelle, politique et civilisationnelle par laquelle Suzanne Césaire exorcise une histoire douloureuse dont le corps de Bergilde porte les traces.

La séance se déroulera le mardi 25 mai à 14h (heure de Cayenne) à l’Université de Guyane, en salle F002 pour le personnel et les étudiants de l’Université. La répondante de la séance sera Tina Harpin, maître de conférences en Littérature Comparée à l’Université de Guyane, contributrice sur l’écoféminisme dans le récent numéro de la revue Littérature (vol. 201, n°1, mars 2021, https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/litterature/litterature-no201-12021) pour le dossier “Zones à dire. Pour une écopoétique transculturelle” dirigé par le collectif ZoneZadir (https://zonezadir.hypotheses.org/). 

Il sera possible de suivre le séminaire en live sur la page Facebook de l’Université de Guyane ou sur Zoom :
https://us02web.zoom.us/j/84153519694?pwd=U0wvTkMrY2FFWUE1T2xIdmpzaW0wdz09.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search