FEMPOCO 2020-2021. Séance 4 : L’art contre les violences faites aux femmes, l’exemple de la Guyane

Le 8 mars 2021 en hommage aux droits des femmes, s’est tenue à l’Université de Guyane une séance du séminaire FEMPOCO intitulée L’art contre les violences faites aux femmes, l’exemple de la Guyane. À cette occasion, les organisateurs du séminaire de recherche sur les « féminismes postcoloniaux », Tina Harpin, Giulia Manera et Ahmed Mulla, tous trois maîtres de conférences en littérature au Département de Lettres et de Sciences Humaines de l’Université de Guyane, et membres du laboratoire MINEA, sont revenus sur les réalisations de ces trois premières années, à savoir les séances du séminaire en elles-mêmes, mais aussi le carnet de recherche dédié au séminaire sur Hypothèses ainsi que les vidéos des séances mises en ligne sur la bibliothèque numérique Manioc.

L’intervenante de la séance du 8 mars, Tina HARPIN, Maître de conférences en littérature comparée, a rappelé que les femmes sont victimes de violences en tant que femmes partout dans le monde et que, face à ces crimes souvent impunis ou cachés, l’art peut être une arme et une thérapie. C’est ce que montre l’atelier d’écriture sur la figure de « sorcière » qu’elle a mené avec des artistes et des étudiants en 2017. Les récits créés, dont certains sont publiés sur le carnet de recherche en ligne du séminaire, révèlent l’engagement des jeunes contre les violences faites aux femmes, à l’instar d’autres créations d’étudiants. Tina Harpin a évoqué aussi les poésies et romans d’auteures guyanaises (Emmelyne Octavie, Marie-George Thébia, et Sylviane Vayaboury), deux films documentaires (« Femmes-Solitudes » de Guy Deslauriers et « Fabulous » d’Audrey Jean-Baptiste) et le puissant court-métrage du réalisateur guyanais Marvin Yamb sur le féminicide, ironiquement intitulé « Parce que je t’aime », lequel a été projeté au public avec l’autorisation de M. Yamb. Les répondantes de la séance étaient Florence FABERON, Professeure des universités en droit et Lesley PORTE, Présidente de l’association l’Arbre Fromager. Après avoir réagi à la présentation de Tina Harpin et à la projection du court-métrage de Marvin Yamb, Mme Faberon a souligné l’importance de l’art face aux failles du droit et aux non-dits, et Mme Porte a témoigné de l’existence de nombreuses situations de violences subies par les femmes et les enfants en soulignant l’importance sur le terrain des associations, tel que « l’Arbre le Fromager » fondé depuis 2003 pour aider les femmes en Guyane.

Vous pouvez lire ou relire les textes des étudiants à partir de ces liens :


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search