Écrire la sorcière en Guyane

Crédit photo : Karl Joseph.

 

Les récits signés par Léïna Leite Dos Santos, Ashley Koese, Coralie Derositus et Enil Kcired sont quelques-unes des passionnantes créations qu’il m’a été donné de lire en 2017 dans le cours d’écriture créative de la licence Lettres. L’atelier d’écriture créative a été introduit en 2017 au sein de la maquette de la licence Lettres du DFR LSH de l’Université de Guyane. Ce cours encourage les étudiants à développer et exercer leurs talents d’écriture dans un cadre autre que celui des habituels exercices académiques de composition française ou de commentaire [1] .

La sorcière comme source d’inspiration

Les textes magistralement écrits par Léïna Leite Dos Santos, Ashley Koese, Coralie Derositus et Enil Kcired sont tous centrés sur la figure longtemps honnie de la « sorcière », et lui donnent la parole pour sa défense. Ils dévoilent des univers complexes et contrastés, amérindien, créole, bushinenge avec la conscience aiguë des enjeux d’écriture et de représentation de la sorcière en Guyane. Car « sorcière » (quimboiseuse, gadézafè, bruxa, bruja, obeah woman [2] …) a souvent été le nom donné à la femme qui dérange et que l’on veut faire taire : c’est « l’hérétique, la guérisseuse, la femme insoumise, la femme qui osait vivre seule, la femme obi qui empoisonnait la nourriture du maître et incitait les esclaves à la révolte » rappelle Silvia Federici [3].

La sorcière comme figure de résistance [4] a particulièrement inspiré les étudiants de L2 et L3 Lettres de l’Université de Guyane et j’ai été frappée par la diversité et l’engagement de leurs textes. Écrire sur la sorcière en Guyane était l’occasion pour ces étudiants de réfléchir à l’exclusion, à l’injustice, et à l’intolérance partout dans le monde, à l’époque de l’esclavage ou de nos jours, en Guyane, en Chine, au Brésil, ou même aux Émirats arabes unis…  Des imaginaires trop souvent occultés ont surgi, et les récits créés recourent volontiers à des expressions en langues amérindiennes, créole et bushinengue, témoignant ainsi de la pluralité des langues et cultures de Guyane. Il n’était malheureusement pas possible de reproduire ici l’ensemble des textes nés de cet atelier d’écriture, mais avec l’accord des rédacteurs de ce carnet de recherche sur les féminismes et de quatre remarquables plumes de cette promotion d’étudiants, nous publions quelques-uns de ces récits. Ceux-ci donnent à entendre des voix de femmes trop souvent inaudibles, et abordent des problèmes sociaux fondamentaux pour la réflexion féministe, et pour la lutte contre les violences et les injustices subies par les femmes :

Ces textes très différents les uns des autres nous confrontent à des sujets sur lesquels il est essentiel de lever le voile, tels le viol, la violence domestique, l’inceste, le racisme et les préjugés de couleur. Les découvrir, c’est à la fois écouter ce que ces jeunes femmes de Guyane, auteures prometteuses, ont à dire, et c’est prendre conscience de leur talent et de leur intransigeance.

La majorité des illustrations des récits a été généreusement fournie par le photographe guyanais Karl Joseph que nous remercions. Karl Joseph a déjà eu l’occasion de travailler avec des écrivains [5] et a découvert avec intérêt les récits des jeunes auteures guyanaises que nous publions ici.

Une réalisation collective et féministe

L’écriture et la mise en valeur de ces récits a été possible grâce à la précieuse collaboration de deux artistes féministes, la comédienne et metteure en scène Alexandra Fournier et la compositrice-interprète et vidéaste Marjorie Delle-Case. Leur performance intitulée « Chercher la Sorcière » à la Colonie barrée, à Paris en mars 2017 redonnait voix aux auteures et militantes féministes qui ont interrogé l’histoire de la chasse aux sorcières accomplie durant trois siècles en Europe et au-delà de ses frontières [7] . Alexandra Fournier et Marjorie Delle-Case y montraient comment les femmes de lettres engagées s’étaient réappropriées cette figure subversive [8] pour repenser la place des femmes dans nos sociétés. C’est leur travail artistique qui a nourri l’idée du thème choisi pour l’atelier d’écriture avec les étudiants. Avec le soutien de la Commission Culture de l’Université et de la DAC [6], toutes deux ont pu être invitées en novembre 2017 à l’Université de Guyane en résidence artistique, ce qui fut une première, augurant de féconds projets pédagogiques et culturels par la suite.

Intéressée par la création artistique d’Alexandra Fournier et de Marjorie Delle-Case sur la « puissance invaincue des femmes » [9] incarnée par la sorcière, j’ai proposé à celles-ci de lire quelques textes des mondes antillais et guyanais dont le célèbre roman de Maryse Condé, Moi Tituba sorcière, noire de Salem…[10] puis je les ai sollicitées pour aider les étudiants à mettre en voix et musique leurs récits créatifs. Ce travail collectif, dynamique, convivial mais aussi parfois émouvant, a été possible au cours de la résidence artistique à l’Université, soutenue par la Commission Culture et la DAC. Les narrations des étudiants s’inspiraient du canevas constitué par la phrase d’accroche « Moi …, j’ai été accusée de sorcellerie » et la phrase de clôture « Pourtant, je n’étais pas née sorcière ». Leur création, libre, a pu ensuite être retravaillée au cours des rencontres avec les artistes. En effet, les étudiants ont souvent retouché leurs textes au gré du travail de mise en voix et de mise en musique, ou en fonction des réactions du public constitué par les autres étudiants. Cette collaboration fructueuse entre les artistes et les étudiants a abouti au spectacle « Sorcières en procès »[11] , restitution vivante de l’atelier d’écriture, à l’amphithéâtre A de l’Université de Guyane le 27 novembre 2017.

 

Tina Harpin

 

Notes

[1] L’atelier d’écriture créative a donné lieu à trois spectacles, restitutions de créations des étudiants et de la résidence des artistes Alexandra Fournier et Marjorie Delle-Case : « Sorcières en procès » en 2017, « Femmes et jardin » en 2018 et « Exils » en 2019 (pour ces deux derniers spectacles, nous avons pu compter sur l’implication active et enthousiaste de ma collègue Mylène Danglades).

[2] L’obeah man existe aussi, et hante encore les imaginaires, comme le montre le roman policier amazonien de Colin Niel Obia (Paris, Rouergue, 2015).

[3] Silvia Federici, Caliban et la Sorcière, femmes, corps et accumulation primitive. Marseille/Genève-Paris : Éditions Senonevero/Éditions Entremonde, 2014. Pour un compte-rendu critique de ce livre, voir le blog Hypothèses « Genre, littératures, cultures » : https://genrelittculture.hypotheses.org/1254

[4] Voir Elara Bertho, Sorcières, Tyrans, Héros: mémoires postcoloniales de résistants africains. Paris : Éditions Honoré Champion, 2019, et pour une réflexion néo-païenne et écoféministe, lire Starhawk, The Spiral Dance: A Rebirth of the Ancient Religion of the Great Goddess. 20th Anniversary Edition, Harper, 1999, ou Dreaming the Dark. Magic, Sex & Politics de Starwhawk, Rêver l’obscur, trad. Morbic, Paris, Cambourakis, 2015 [1982].

[5] Voir Colin Niel et Karl Joseph, La Guyane du Capitaine Anato, Arles, Éditions du Rouergue, 2019. D’autres photographies de Karl Joseph sont à découvrir sur son site officiel (http://www.karljoseph.com/) et dans ses ouvrages (voir par exemple Karl Joseph, Les Guyanais, Matoury, Ibis Rouge, 2011).

[6] Le projet a pu être réalisé notamment grâce à l’aide essentielle de David Redon et de Céline Delaval de la DAC Guyane.

[7] Le roman de Maryse Condé Moi Tituba sorcière, noire de Salem (Paris, Mercure de France, 1986), inspiré de l’histoire vraie des procès des Sorcières de Salem à la fin du XVIIe siècle dans le Massachusetts, le rappelle.

[8] Cet effort de réappropriation de la figure de la sorcière est exemplaire dans les mouvements féministes de la seconde vague, comme l’attestent à la fin des années 1960 le mouvement W.I.T.C.H. (Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell), les écrits de Starhawk ou le titre de la revue féministe « Sorcières » lancée en 1976 par Xavière Gauthier (sur cette revue, voir Caroline Goldblum, « Sorcières, 1976-1981. Etude d’une revue féministe. Master 1, Université de Lille III, (dir. Florence Tamagne), 2009 », Genre & Histoire, 8, Printemps 2011, mis en ligne le 31 octobre 2011, http://journals.openedition.org/genrehistoire/1217).

[9] Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes. Paris : La Découverte, 2018.

[10] Maryse Condé, Moi Tituba sorcière, op.cit.

[11] Des vidéos réalisées par Marjorie Delle-Case du spectacle « Sorcières en procès » et de sa préparation sont disponibles sur Youtube : https://youtu.be/jMs_Bf5-NCc ; https://youtu.be/ev3NXT5GRu4 .


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search