Moi Wolian

Crédit photo : Karl Joseph.

Moi, Wolian, j’ai été accusée de sorcellerie. Venant du village de Camopi, jamais je n’aurais pensé qu’une telle chose m’arriverait quand on m’a offerte à seize ans à Elaluwa, l’homme le plus convoité du village Yanou.

Pour être sincère, je ne devrais pas être aussi étonnée que cela, étant donné mon statut d’asekano, de mère shibolu morte à ma naissance et de père kali’na. Je me souviens que lorsqu’il y avait des epekotono organisés dans mon village, les habitants des villages voisins qui venaient y assister me regardaient avant tout avec surprise puis avec dégoût.

Depuis mes cinq ans ma pipi, Aleilane, avait décidé de s’occuper tout particulièrement de mon éducation. Elle était connue pour être une grande guérisseuse car elle parlait avec les plantes et les esprits de la forêt qu’ils soient bons ou mauvais. Elle avait décidé de m’initier au piyai, pour que je puisse perpétuer la tradition familiale. Elle s’était assurée que j’utilise mon savoir et mes pouvoirs seulement à bon escient car une guérisseuse était avant tout une personne qui faisait le bien.

Piyai : ce mot, je l’ai entendu durant toute mon enfance et jamais il ne m’avait paru malfaisant, au contraire, quand je l’entendais, j’avais un sentiment de fierté. Pourquoi le redouter alors qu’il est associé à la bonté, à la guérison, à un monde certes invisible pour les autres et dangereux selon leurs dires, mais tellement jouissif pour moi ?

Maintenant, seule, affamée, ligotée et prisonnière dans ma propre case, alors que je repense à tout cela, j’ai envie de pleurer et de rire tout à la fois. Je voudrais pleurer d’abord parce que j’ai été vraiment bête de croire mon père quand il me disait que je serais heureuse dans ma nouvelle famille et que jamais je ne connaîtrais la souffrance. Mais j’ai aussi envie de rire car mes grands-parents avaient raison de penser que je ferais de grandes choses, seulement ils n’avaient pas pensé que ce serait en mal…

On me reproche d’avoir eu une relation avec un asema et de porter son enfant et non celui d’Elaluwa. On m’accuse de l’avoir trompé en utilisant mon savoir et mes pouvoirs pour qu’il ne puisse rien deviner. « C’est ridicule », voilà ce que j’ai pensé au début. Qui croirait à des inepties pareilles, sorties de la bouche de ma belle-sœur Mayapoli, qui ne m’a jamais portée dans son cœur, et qui me voue une haine totale ? C’était un mensonge trop énorme pour que j’y porte réellement attention ! Pff ! Ce que j’ai été bête de penser cela.

Malheureusement la réalité m’a vite rattrapée lorsque j’ai perdu mon fils, mon bébé et mon mari le même jour. Mon monde s’est écroulé. Pourquoi je ne l’avais pas vu venir ? Pourquoi je pouvais aider une femme à sauver son homme de la folie, ou une autre à mettre son enfant au monde sans incident quand je ne pouvais pas garder ma propre famille en sécurité ? Bien sûr Mayapoli en a profité pour médire encore plus mais je m’en fichais, tant ma douleur était profonde. Je n’étais plus qu’une coquille vide.

Je me rappelle l’odeur de fumée, la chaleur des flammes et les cris, surtout ceux de mes beaux-parents suppliant qu’on me laisse tranquille, la sensation de lourdeur de mon corps puis le noir total. À mon réveil, la première sensation fut un mal de tête horrible, puis la douleur d’avoir les poignets attachés, j’étais désorientée, où étais-je ? Pourquoi étais-je ligotée ? Où étaient mes beaux-parents ? En faisant bien attention je me rendis compte que j’étais chez moi, puis Tawiluwan, ma meilleure amie, est arrivée en me demandant si j’allais bien. Je n’ai pas eu le temps de lui répondre car ma yéludu est arrivé en riant, et me frappa en me traitant de meurtrière. Je ne comprenais pas. Meurtrière ? Pourquoi ? Qui avais-je tué ? De quoi parlait-elle ? Pourquoi ma meilleure amie ne faisait rien, ne l’arrêtait pas ? J’étais totalement perdue.

Le reste est flou dans mon esprit, je me souviens d’avoir été accusée d’avoir assassiné mon mari en envoyant un bakulu lors de sa partie de chasse pour le tuer, ainsi que d’avoir piyaé mes beaux-parents pour les tuer en allumant un feu dans leur case afin de faire disparaître leurs corps. J’ai tenté de me défendre mais à chaque fois que j’essayais, Tawiluwa (qui m’avait tourné le dos) ou Mayapoli me frappait. J’étais enfermée dans ma propre case, attachée près de mon nimogü, mais je n’avais pas le droit d’y dormir. Chaque jour j’étais battue, humiliée, affamée. J’ai tenté d’appeler à ma rescousse mes précieux esprits mais aucun ne m’a répondu. Je n’avais droit qu’au silence.

Je n’étais donc pas née sorcière, et je suivais à la lettre ce que m’avais appris mes grands-parents : respecte ton prochain, respecte la nature, les esprits et surtout n’utilise tes pouvoirs qu’à bon escient. Le mal n’apporte que le mal et détruit, évite son chemin telles étaient les paroles de mon toushi. Comment suivre ses conseils quand je ne ressentais que haine, colère et trahison ?

Imawale et Ewalum avaient raison, j’aurais dû me défendre dès le commencement et je n’aurais pas perdu les êtres qui comptaient le plus pour moi.

Maintenant le village n’existe plus. Il ne reste plus que des cendres, des corps sans vie et moi, yanobô shibolu comme ils aimaient m’appeler, couverte de sang au milieu de ce chaos et regardant mes deux complices : seuls esprits à m’avoir aidée, Imawale et Ewalum, dansent autour des cadavres en riant. Ne dit-on pas qu’on récolte ce qu’on a semé ?

Léïna Leite Dos Santos

Glossaire :

Asékano : métisse

Asema : loup-garou

Bakulu : lutin maléfique

Ewalum : esprit se cachant dans l’obscurité

Epekotono : fête qui fait après trois ans de deuil

Imawale : esprit survolant le sol

Nimogü : hamac

Pipi : grand-mère

Piyai : chamane

Shibolu : blanche

Toushi : grand-père

Yanobô shibolu : sale blanche

Yéludu : belle-sœur


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search