La Sorcière de Sinnamary

Crédit photo : Karl Joseph.

 

Moi, Man Dédé, j’ai été accusée de sorcellerie. On m’appelle Man Dédé mais mon véritable nom est Delphine Demant et j’ai 49 ans. J’ai grandi à Saül avec ma grand-mère. C’est elle qui m’a élevée dans sa petite case. J’ai eu une enfance très difficile, je n’avais pas d’amis… Un jour, lorsque j’allais à l’école à 3 kilomètres de chez ma grand- mère, un homme blanc m’a violée. Je n’avais que 14 ans à cette époque. Ce fut le début d’une jeunesse horrible, tourmentée par des viols à répétitions, par des enfants qui me fuyaient et qui se moquaient de mes défauts. J’étais une fille plutôt enrobée, la peau très foncée, avec un œil de verre. J’étais celle à qui on n’adressait aucun mot, celle qui passait les récréations seule, celle que tout le monde ignorait. Pour mes camarades, c’était normal de me mettre de côté mais moi je le vivais mal ! Mais ça, ils s’en moquaient, tant qu’ils avaient leurs amis, ils se moquaient de la petite fille noire que j’étais et qui cherchais un peu d’affection. À vrai dire, je leur faisais peur, oui c’est ça, je les effrayais, enfants comme adultes, et je pense même que je faisais peur à Dieu.

On me reproche d’avoir tué ma voisine qui s’appelait Marie-Claire. Elle avait 40 ans, elle était mariée et avait trois enfants : l’aîné était médecin, le second agent d’entreprise et la cadette directrice d’école maternelle. C’était une femme qui ne passait pas inaperçue, elle avait une telle prestance que tout le quartier voulait lui ressembler, voulait ce qu’elle avait, son bonheur, son intelligence, son art oratoire étant donné que c’était une avocate. Elle avait une belle vie, elle avait tout et moi, RIEN ! Et ça m’enrageait de la voir sortir de sa belle maison et de voir que tous les regards fixés sur elle ! Tout le monde la regardait avec admiration et moi on ne me regardait qu’avec pitié ! Depuis la blessure qui m’avait été infligée quand j’étais adolescente, on m’avait toujours repoussée ou regardée avec pitié… Et les enfants se moquaient de moi et m’appelaient « la Sorcière de Sinnamary ». Quant à Marie-Claire, elle ne me parlait que par pitié, je le sentais. Elle ne voulait pas passer pour une femme prétentieuse alors que c’en était une, enfin c’en était une, jusqu’à ce fameux jour où tout a basculé pour sa famille…

Il y a quelques semaines de cela, j’ai agi, oui j’ai agi, j’ai pris les devants pour tenter d’être plus heureuse dans ma solitude. C’était un Vendredi 13, il était minuit. C’était la pleine lune ce soir-là, et la lune était particulièrement resplendissante. Elle était rouge. Ce n’était pas un rouge ordinaire, il était particulier car j’en ai vu des lunes rouges, mais de cette couleur, jamais. Elle était spéciale, c’était un jour spécial, le soir où il fallait agir, invoquer les esprits, la chance et la satisfaction. C’était un soir où il fallait faire un vœu ! Ce Vendredi 13 là, j’avais pour objectif d’accomplir ma mission. Pour ce faire, j’avais concocté quelque chose de spécial à l’aide de plantes et de fleurs nocives, j’avais utilisé du datura innoxia, l’amaryllis, le rhododendron rouge et rose. J’avais laissé tout cela fermenter une nuit. Pendant ce temps, je priais afin que la potion confectionnée soit parfaite pour agir le lendemain, et que les fleurs et plantes soient efficaces !

Le lendemain, lorsque Marie-Claire s’apprêtait à monter dans sa belle voiture, je l’ai interpellée afin qu’elle vienne goûter mon thé noir. Marie-Claire aussi belle que gourmande n’a pas pu refuser ma proposition. Mais qui aurait refusé l’invitation d’une veille grosse dame à moitié aveugle ? Pas Marie-Claire en tout cas ! Quand elle est rentrée chez moi, j’ai su lire sur son visage de la peine : elle pensait que j’avais besoin de luxe dans ma vie. Elle regardait mes meubles avec mépris, elle avait sorti de son sac Guess un mouchoir afin d’essayer de camoufler l’odeur de mon fameux thé noir. Puis, elle s’est assise sur un petit tabouret que ma grand-mère m’a laissé pour seul héritage, et je lui ai tendu la tasse de thé. Elle l’a prise tellement vite que j’ai cru qu’elle allait arracher ma main ! Peut- être qu’elle était assoiffée ? À peine une gorgée avalée qu’elle s’est écroulée sur mon tapis. Je pensais qu’elle s’était juste évanouie… Hélas non, manzell pa roulévé ! Les médecins ont dit qu’elle a fait une crise cardiaque. Mais l’autopsie a déclaré qu’il s’agissait d’un empoisonnement. C’est à partir de cet instant que tout a changé, que j’ai été accusée d’être une tueuse. Les forces de l’ordre me considèrent comme la principale suspecte. Comme si je n’avais assez de malheurs, il a fallu que ça tombe sur moi. Je lui avais juste proposé ce bon thé noir si bon, si parfumé aux plantes toxiques, afin qu’elle puisse bien commencer sa journée mais non, cela a été mal interprété. Ils disent que je l’ai tuée… Ils ont raison de le penser.

Je n’étais pourtant pas née sorcière, et je ne me considère pas comme en étant une d’ailleurs ! Je suis juste une fanm djok qui connaît quelques remèdes. Tous ces remèdes, je ne les ai pas inventés, c’est ma grand-mère qui me les a appris lorsque j’étais jeune et que je frôlais la dépression. J’avais tellement souffert dans ma vie. Mais je me relevais toujours. Ma grand-mère était réputée pour avoir été une soigneuse créole hors pair. À son époque, il n’y avait pas de docteurs, de gynécologues, donc elle faisait avec les moyens du bord, c’est-à-dire avec les plantes qui étaient à sa disposition. Elle m’avait appris plusieurs recettes que j’utilisais rarement, et celle du thé noir était ma préférée car elle endormait à vie les personnes qui la goûtaient. Marie-Claire n’a pas été la seule à avoir goûté mon fameux thé noir, il y en a bien d’autres mais ça, c’est mon secret.

Coralie Derositus

Glossaire :

Case : maison en bois aussi appelée maison traditionnelle

Manzell pa roulévé : la dame ne s’est pas relevée

Fanm djok : une femme qui ne se laisse pas faire, qui a du caractère qu’il ne faut pas embêter.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search