FEMPOCO 2020-2021. Séance 1 : fictions et manifeste féministe de Chimamanda NGOZI ADICHIE

Crédits photos : Ms. Magazine — Liberty Media for Women, LLC

Auteure-star de la littérature mondiale, l’américano-nigériane Chimamanda NGOZI ADICHIE s’est fait connaître par la publication de plusieurs romans situés principalement sur le continent africain, mais aussi aux États-Unis. Elle y met en scène des personnages de femmes et d’adolescents pris dans les tourments de la guerre civile et essayant de trouver leur voie dans le monde, parfois au-delà de l’océan. Saluée pour ses tours de forces littéraires, dont Americanah est l’exemple le plus frappant, Chimamanda NGOZI ADICHIE est aussi connue pour son discours sur « le danger d’une histoire unique » où elle nous met en garde contre le piège d’une vision inéluctablement réductrice de l’Autre. Plus récemment, NGOZI ADICHIE, icône postmoderne de l’artiste engagée, s’est illustrée par deux essais féministes dont l’un, We Should All Be Feminists, est devenu le mot d’ordre de toute une génération de femmes à travers la planète.

C’est par l’étude de cette auteure que nous avons choisi d’entamer cette troisième édition du séminaire FEMPOCO, édition placée sous le signe des « femmes artistes et des féminismes noirs de l’Afrique à ses diasporas ».
Notre première séance sera animée par Marianne PALISSE, Maître de conférences en anthropologie, et Marie-Gabrielle HADEY SAINT-LOUIS, agrégée en anglais, toutes deux enseignantes à l’Université de Guyane.
Marianne PALISSE étudiera pour commencer le premier roman de NGOZI ADICHIE, intitulé L’hibiscus pourpre (Folio, 2016), et Marie-Gabrielle HADEY SAINT-LOUIS évoquera ensuite le manifeste féministe, Dear Ijeawele, or a Feminist Manifesto in Fifteen Suggestions (Knopf, 2017).
Suite à ces présentations, nos deux intervenantes offriront des perspectives croisées sur l’œuvre de Chimamanda NGOZI ADICHIE et inviteront l’auditoire à échanger sur les thèmes relatifs au genre et au féminisme.

Vous trouverez les résumés de ces deux interventions ci-dessous.

* * *

L’hibiscus pourpre est le premier roman de Chimamanda Ngozi Adichie et c’est l’histoire d’une libération. Jaja et Kambili, frère et sœur, sont adolescents et vivent dans l’ombre de leur père, un homme riche, qui apparaît comme généreux et engagé à l’extérieur mais se révèle violent et totalitaire dans sa famille. Sous l’influence de leur tante, Tatie Iféoma, qui les invite à passer quelques jours chez elle, avec leurs cousins, à l’Université de Nsukka où elle habite, ils vont se libérer et apprendre à voir le monde autrement. Je tenterai une lecture de ce roman avec un regard anthropologique. En effet, les formes de domination que décrit l’auteure ne sont pas seulement patriarcales, mais aussi religieuses, sociales et culturelles. Fidèle à ses convictions, Chimamanda Ngozi Adichie nous introduit à un monde complexe, où femmes et hommes héritent d’histoires et d’influences multiples dans lesquelles ils font, ou non, des choix. Or, ce monde complexe ne saurait faire l’objet d’un récit univoque, d’une single story (voir la conférence TED de Chimamanda N Adichie en 2009).

Marianne PALISSE

En 1914, Madeleine Pelletier féministe Franc-Maçonne publie L’Éducation féministe des filles et soutient que l’observation des jeux des petits enfants montre qu’il n’y a pas de différence dans l’un et l’autre sexe et que c’est l’éducation qui crée ce qu’elle appelle le « sexe psychologique », sexe considéré comme inférieur et que la société cantonne à des rôles prédéfinis. Dans l’Éducation féministe des filles, elle conseille à la mère féministe d’habiller sa fille en garçon afin qu’elle soit libre de ses mouvements, elle ne la forcera pas à jouer à la poupée, lui apprendra à se défendre et à rendre coup sur coup, elle lui apprendra à réfléchir par elle-même.
Un siècle plus tard, une autre féministe issue d’un autre continent fait le même constat et prodigue à peu près les mêmes conseils. CHIMAMANDA NGOZI ADICHIE pose la question du patriarcat, et de l’inégalité inhérente à ce système dans la société nigériane. Le combat contre ce système qui nuit aux femmes comme aux hommes passe selon elle par une affirmation plus forte du féminisme dans la société nigériane et par l’éducation des filles et des garçons.
Je vous propose d’étudier son Manifeste pour une éducation féministe, publié en 2017, à la lumière de la conférence donnée sur Ted Talk en 2012 « We should all be feminists ».

Marie-Gabrielle HADEY SAINT-LOUIS


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search