FEMPOCO 2019. Séance 7 : Nourrices noires au Brésil – traces et non-dits

La septième séance du séminaire de recherche FEMPOCO (organisé par le laboratoire MINEA) concernera la place des nourrices noires dans la société brésilienne, et notamment la façon dont ces femmes sont perçues. L’intervenante, Virginie LARMET, est doctorante en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes au sein du laboratoire MINEA de l’Université de Guyane. Elle basera son intervention sur l’ouvrage de l’anthropologue Rita Laura SEGATO intitulé L’Œdipe Noir, des nourrices et des mères, qui a été publié en France en 2014 par les éditions Payot. Le répondant sera Sébastien CHAPELLON, Maître de conférences en psychologie et sciences de l’éducation à l’Université de Guyane.

Vous trouverez le résumé de cette intervention ci-dessous.

***

Rita Laura Segato est une anthropologue et féministe d’origine argentine qui a mené de nombreuses études sur la question de la femme au Brésil et en Amérique Latine : elle dévoile la violence faite aux femmes noires, indigènes, et métisses inhérente à un système colonial raciste-sexiste. Dans L’Œdipe Noir, Rita Laura Segato s’emploie à mettre au jour l’existence et l’importance de la nourrice noire. Elle propose alors une réflexion féministe qui redéfinit la place de la femme noire en mettant en lumière le processus de son effacement en tant que madre negra dans l’histoire du Brésil. Ce processus qu’elle nomme forclusion est souvent utilisé dans son œuvre pour désigner ce qui n’a pas été analysé et demeure absent notamment des textes académiques et qui lui permet justement d’offrir une réflexion percutante et faisant autorité en matière de féminisme. Virginie Larmet présentera l’essai de Rita Laura Segato en se focalisant sur son analyse de la forclusion de la Mère noire et de ses conséquences historiques et culturelles pour la société brésilienne.

Virginie LARMET


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search