FEMPOCO 2019. Séance 6 : Matrimoine afro-brésilien – Conceição Evaristo et ses “escrevivências”

Crédits photo : Lis Pedreira.

La sixième séance du séminaire de recherche FEMPOCO (organisé par le laboratoire MINEA) se tiendra exceptionnellement dans le cadre du Salon du Livre International de Guyane, édition 2019. Elle sera animée par M. Daniel RODRIGUES, Maître de conférences en littérature, civilisation et langue portugaises à l’Université Clermont Auvergne. Ce chercheur rattaché au CELIS (Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique) est par ailleurs Directeur du Département d’Études Portugaises et Brésiliennes depuis 2016. Il co-dirige, avec Assia Mohssine, l’axe « Genres littéraires et gender » au CELIS. Il travaille actuellement sur la notion de Matrimoine, en tant que membre du programme MAAC (Matrimoine afro-américain et caribéen) de l’Agence Universitaire pour la Francophonie (AUF-Caraïbes).

Cette sixième séance abordera l’œuvre de la romancière afro-brésilienne Conceição Evaristo.

La répondante sera Guiomar de GRAMMONT, auteure brésilienne invitée par le Salon du Livre International de Guyane. Créatrice du Forum des Lettres, cette historienne et philosophe brésilienne qui connaît bien Conceição Evaristo et son oeuvre est par ailleurs directrice de l’Institut de philosophie des arts et de la culture de l’Université fédérale de Ouro Preto au Brésil.

Vous trouverez le résumé de l’intervention de Daniel RODRIGUES ci-dessous.

***

L’œuvre de Conceição Evaristo met en scène la transmission d’un legs hérité des femmes et de la diaspora africaine et ainsi oublié et dévalorisé :  dévalorisé car le patriarcat n’a de cesse de déprécier la création féminine ; oublié, car l’héritage des esclaves a lui aussi été discrédité par la société brésilienne, héritière elle de son histoire coloniale.

Toutefois, l’œuvre de C. Evaristo redéfinit la valeur du legs afro-américain et féminin depuis les années 90 et sa participation dans les Cadernos Negros jusqu’aux romans et recueils de nouvelle et poésie les plus récents. Cette redéfinition et revalorisation passe par la mise en scène d’un dialogue entre le vécu individuel et l’expérience collective des femmes afro-brésiliennes ou la escrevivência, mot-valise créé par C. Evaristo. Utilisé tout d’abord dans le mémoire de master de l’autrice, ce mot-valise deviendra peu à peu un puissant concept d’analyse des phénomènes d’émergence des voix subalternes et aussi un outil précieux de résistance et de reconfiguration de la société brésilienne.

Nous analyserons donc l’œuvre de C. Evaristo à la lumière de son escrevivência et les possibles dialogues tissés entre ce concept et les textes canoniques des études féministes. Nous souhaitons également mettre en avant le rôle de l’œuvre de C. Evaristo dans la construction d’un Matrimoine afro-brésilien.

Daniel RODRIGUES


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search